34ème édition du Festival International du Théâtre Universitaire de Casablanca

119

 

À travers le thème de la 34ème session : « Réinventer le théâtre », les organisateurs du Festival International de Théâtre Universitaire de Casablanca, de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines Ben M’sik, ont misé sur le bris de l’horizon d’attente défini par le slogan du festival, qui a été communiqué avec la presse, les médias, toutes les personnalités du festival et ses invités, « Réinventer le théâtre ». Avons-nous vraiment besoins de réinventer le théâtre ? et existe-t-il quelqu’un qui aurait, si non la légitimité, la capacité de réinventer le théâtre ? et Pourquoi poser ce problème maintenant ? A noter également que إعادة خلق المسرح est un terme auquel on peut correspondre réinventer le théâtre, qui a le sens de la renaissance au sens interactif et communicatif et renouveler les rôles principaux de l’art dramatique en général et du théâtre en particulier. Ainsi le thème est à comprendre dans ses dimensions de signification et de connotation.

Le concept visuel de l’affiche de la 34ème session vient compléter son slogan, ainsi, on voit un récipient en cuivre à connotations de guérison dans certaines cultures, le bâton qui peut représenter le brigadier annonçant le début des représentations au théâtre et des mains font fonctionner le tout pour émettre un son qui inscrit le théâtre dans la continuité à travers le temps et l’espace un son dont l’écho est atemporel.

La conférence de presse du jeudi 14 juillet 2022 a connu la présence d’un publique de renom au hall d’un hôtel de la ville de Casablanca pour la présentation du programme de la 34ème édition qui aura lieu du 23 au 28 juillet 2022. Ont participé à cet événement des journalistes représentant les plus importantes tribunes, la presse écrite, les médias audio, audiovisuels et électroniques. Le comité d’organisation était composé de M. Abdelkader Gonegai président du festival, de M. Rachid Hadari, vice-Doyen et une des composantes du Comité Suprême du Festival et des directeurs artistiques : M. Fattah Diouri, directeur du Théâtre de Hanovre – Allemagne, et Hicham Zine El Abidine, représentant du comité d’organisation, LLC. M. Majid Seddati ainsi que le responsable médias du Festival, M. Ahmed Tanich.

M .Abdelkader Gonegai , Président du Festival a déclaré que le fait que le Festival International de Théâtre Universitaire a pu survivre toutes ces années est une preuve incontestable que l’Université marocaine poursuit sa mission sur plusieurs fronts afin de former et d’encadrer les étudiants. Dans ce cadre le théâtre universitaire, à travers son festival annuel, présente des performances pour étudiants ayant pour objectif d’instaurer une diplomatie culturelle parallèle et de fonder une communication interculturelle permettant le dialogue entre les jeunes du monde, ces performances vont à la rencontre des gens jusqu’aux espaces publics dans le but de transmettre le message des étudiants créatifs, lauréats des universités du monde entier, en plus des représentations, des discussions et analyses aux séances de minuit que nous considérons comme un atelier à ciel ouvert et une adhésion aux ateliers des troupes permettant de connaitre leurs perceptions leurs rêves et leur inspirations et imaginaire artistique. Parallèlement, huit ateliers de formation, encadrés par des spécialistes marocains et étrangers, sont ouverts aux étudiants, aux jeunes et aux amateurs de théâtre ; le résultat de ces ateliers sera présenté à la cérémonie de clôture du festival.

Il est à noter que le Festival International de Théâtre Universitaire de Casablanca, tout au long ses sessions, se présente ainsi que ses réalisations avec un encadrement universitaire qui s’ouvre sur soi et sur son environnement, c’est dans cette perspective que se déroulera le colloque faisant partie du programme pour discuter du thème de cette édition « Réinventer le théâtre « . Cette édition se déroulera à 95 % en présentiel, seul quelques pièces seront présentées à distance, afin de préserver l’acquis des 3 dernières éditions du temps de la pandémie du Corona virus, dont un des bienfaits le rayonnement à l’échelle internationale grâce aux moyens technologiques alloués.

  1. Abdelkader Gonegai, président du Festival, a également souligné l’importance du Festival international de théâtre en tant qu’espace de participation pour tous les pays et continents. Une tradition que le comité d’organisation s’efforce à préserver à travers au long des sessions précédentes au même titre que les récentes et qui se sont déroulées à distance, dès lors le président du festival a annoncé que cette session à 95% présentielle, verra une participation massive des différents pays de tous les continents : d’Asie, de Corée du Sud, du Bangladesh, d’Indonésie, d’ Europe , d’ Allemagne, d’Italie, d’Espagne, d’ Afrique , du Cameroun, du Sénégal, de Le monde arabe, la Tunisie, l’Égypte, le Sultanat d’Oman, l’Amérique du Sud, l’Uruguay et le Mexique, en plus des États-Unis d’Amérique et du Maroc Pays organisateur de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines de Ben m’sik ,et la faculté des Sciences de Ben m’sik, Ecole Supérieure de Commerce et de Gestion, Ain Sebaa, et Faculté de Droit de Marrakech .

Le festival s’ouvrira également sur les expériences professionnelles du théâtre, spécialement celles qui œuvrent dans la recherche et l’expérimentation ; La cérémonie d’ouverture comportera la présentation de la pièce de théâtre « Another Sky » de la troupe Akon du Maroc ainsi qu’un hommage à des personnalités du monde du théâtre au Maroc choisis selon la vision et la méthodologie du Comité du festival tel que les artistes marocains : Abdelilah Ajil, Zohra Noujoum, Zineb Ennajem, Mustafa Khalili, et l’artiste italien Fabio Omudi directeur général de l’Académie des arts et de l’Académie de théâtre de Rome, en plus de plusieurs passages artistiques et scientifiques que le festival est considère comme l’expression de la vitalité de l’université et la preuve que l’Université marocaine est en bonne santé, qu’elle est efficace et performante. C’est une opportunité de d’encadrer et de former les jeunes. C’est aussi une occasion pour faire progresser le programme culturel de la Faculté des Lettres et Sciences Humaines Ben M’sik de l’Université Hassan II de Casablanca, un programme qu’elle défend depuis sa fondation Au profit de son environnement et au profit de la ville de Casablanca, dont le festival porte le nom, pour que la ville et le pays « Maroc » continuent à donner cette image de l’espace culturel ouvert et dynamique malgré les changements que connais le monde ces derniers temps.

Monsieur le Doyen a également annoncé que cette édition est organisée sous le thème : « Réinventer le théâtre » soulignant qu’il est nécessaire de prendre en considération les changements engendrés par la pandémie du Corona, ainsi leur impact sur la pratique artistique en général et le théâtre en particulier, cet art qui a su résister aux contraintes tout au long de son histoire et a fait face à touts les revirements, sa persévérance est le symbole de sa vie et de sa vitalité.

  1. Majid Seddati, membre du comité d’organisation, a déclaré que la recréation nous présente le théâtre sous un nouveau visage, ajoutant que les nouvelles technologies ont offert aux créateurs du monde du théâtre des possibilités illimitées pour le développement du théâtre universitaire. En synthèse, le théâtre universitaire est basé sur 4 volets : le volet artistique composé des pièces de théâtre, le volet pédagogique, qui comprend les ateliers et le volet scientifique comprenant le colloque scientifique ainsi que la table ronde, en plus du volet d’ouverture, qui comprend les hommages et la signature des livres.

Le directeur artistique du festival  M.Fattah Douri a déclaré que le thème du festival créera une dynamique à partir de la problématique de la « réinvention », spécialement la création théâtrale au sein du théâtre universitaire, en raison des valeurs que porte ce dernier, et des messages illicites et explicites dont il est le porteur, jusqu’à ce le monde sera unanime à propos d’un théâtre qui les unit, et à ce moment-là toutes les frontières seront abolies, car la créativité sur scène devant un public estudiantin est un événement cosmique et un acte spirituel et vital.

Hisham Zain El Abidine, a évoqué dans son intervention que réinventer le théâtre ou recréer le théâtre est une recréation et une réinvention de la vie et des modèles humains sur lesquels ont toujours reposé les fondamentaux de l’humanité, notant que cette édition à cette image en raison de la différentes performances et la diversité des ateliers, en plus de la table ronde ainsi que les invités du festival .

À noter que les directeurs artistiques (M.Fattah Diouri et M.Hicham Zain Al-Abidin) travaillent sur la programmation tout au long de l’année et coordonnent le travail des comités de sélection et le choix des spectacles du festival. Cette année ils ont pu trancher entre 170 dossier soumis à leur attention pour en trier 16 qui correspondent à la ligne éditoriale du festival.

Pour compléter la dimension artistique, créative et même problématique créée par la perspective d’attendre du thème du festival : « Réinventer le théâtre. » Le coordinateur artistique général du festival, et membre du Comité suprême, M. Rachid Hadari, a déclaré que ce thème laisse entendre que cette édition va créer un autre visage du théâtre, ce qui n’est pas le cas, vu que le mot création est attribué au Créateur, alors qu’on a utilisé le « re- » pour que le sens soit re- création, c’est-à-dire la créativité.

Le journaliste et responsable médias du festival, M. Ahmed Tanich, a évoqué la relation dialectique entre le théâtre et les arts de façon général d’une part et la presse et les médias de l’autre, et a exprimé ses remerciements au comité d’organisation, qui vouera l’un de ses ateliers à la presse artistique et culturelle, pour connaître la mission du chargé de communication des troupes de théâtre, dont il aura la tâche d’encadrer, afin échanger l’expérience des troupes participantes Et les autres qui souhaiteraient s’ouvrir sur cette fonction, élément principal de la production et la création au théâtre. M.Ahmed Tanich est encadrant de l’atelier de la pratique journalistique à la Faculté des Lettres et Sciences Humaines, Ben m’sik où les étudiants bénéficient d’une formation journalistique qui leur permet de s’ouvrir sur le marché du travail et de contribuer à un la dynamique active de la presse marocaine. D’ailleurs, les membres de l’atelier de la presse sont les organisateurs de la conférence de presse, ceux qui en assurent le suivi, et la communication avec tous les médias.