Engagement du Goethe-Institut pour les partenaires culturel

80
Installation “Fluxus was Here” at Mahal Art Space, Tanger ©Stephane Modena

Dans le contexte de la crise provoquée par l’épidémie, le Goethe-Institut et le Ministère fédéral des Affaires étrangères allemand s’engagent auprès de leurs partenaires culturels, artistiques et éducatifs en soutenant financièrement plus de 140 projets hors d’Europe.

Au Maroc, c’est l’espace culturel « Mahal Art Space », situé à Tanger, qui a été sélectionné pour bénéficier en 2020 d’une aide d’urgence. L’objectif est de rendre les activités du centre d’art contemporain plus visibles et de développer les ressources numériques.

À l’initiative du Goethe-Institut et du Ministère fédéral des Affaires étrangères allemand et avec l’appui de partenaires, un fonds global de plus de 3 millions d’euros a été constitué pour apporter un soutien rapide et limité dans le temps à des organisations actives dans les domaines de la culture, de l’art et de l’éducation. Ces structures indépendantes contribuent à la préservation du pluralisme par leur travail innovant et ouvert mais doivent faire face à de nouveaux défis dans le contexte de la pandémie de Corona.

140 projets, implantés dans des pays où les acteurs culturels ne reçoivent pas ou peu d’aide, vont pouvoir ainsi développer de nouvelles mesures adaptées au contexte sanitaire ou bien renforcer leur structure menacée par les restrictions imposées par la pandémie.

Au Maroc, Mahal Art Space a été sélectionné pour bénéficier de ce fonds d’urgence. Ouvert en 2016 dans le quartier Iberia de Tanger, cet espace indépendant non commercial conçoit et présente des projets liés aux pratiques artistiques contemporaines. En quelques années, Mahal Art Space est devenu un lieu d’échanges important pour la scène créative de Tanger et de Tétouan qui s’y retrouve à l’occasion d’un vernissage, d’un film, d’une performance ou d’une discussion. Sa fondatrice, la curatrice Nouha Ben Yebdri développe des activités de médiation et une réflexion sur des pédagogies alternatives.

Nouha Ben Yebdri, directrice de « Mahal Art Space » explique ce qu’elle compte faire avec l’aide financière du Goethe-Institut et du Ministère fédéral des Affaires étrangères allemand : « En tant qu’acteurs culturels, notre responsabilité est de faire en sorte que les pratiques artistiques et leur transmission continuent à se perpétuer, malgré la situation. Pour ce faire, l’objectif que nous nous sommes établis est basé sur l’acquisition d’autonomie et la création d’une base structurelle solide pour pouvoir fortifier et étendre l’offre de nos ressources, en accordant une importance particulière à la présence numérique et à l’adaptation de l’espace aux conditions sanitaires nécessaires. »