Accusation pour violation du festival l’boulevard, plus que 20 personnes arrêtées et plusieurs blessés

49

 DGSN a rejeté les allégations selon lesquelles des femmes auraient subi des violences lors du hooliganisme et des violences qui ont eu lieu le soir du 30 septembre au festival de L’Boulevard.

La préfecture de police de Casablanca catégorise les signalements d’incidents violents survenus lors de la manifestation du festival L’Boulevard le 30 septembre. Dans un communiqué publié  lundi 3 octobre, la direction générale de la sûreté nationale réfute les rumeurs qui ont largement circulé sur les réseaux sociaux selon lesquelles une mineure aurait été agressée et d’autres femmes auraient été harcelées sexuellement pendant le concert.

La police a vérifié si ces allégations étaient étayées en consultant les hôpitaux de la ville et la défense civile. Aucune de ces structures n’a reconnu recevoir de plaintes à ce sujet, selon la DGSN.

La préfecture de police de Casablanca rapporte que 20 personnes ont été interpellées, dont six pour « ivresse sur la voie publique » et « détention de boissons alcoolisées », deux pour « détention et consommation de stupéfiants », deux pour « coups et blessures », et dix autres pour vol.

Une enquête criminelle approfondie sera menée sur toutes les parties impliquées dans les graves événements criminels survenus lors du concert du 30 septembre, selon le communiqué. Tous les enregistrements des caméras de sécurité sont utilisés dans le but de les soumettre à un processus de reconnaissance visuelle afin d’identifier et d’appréhender tout suspect impliqué dans ces actes violents et liés au hooliganisme.

Rappelons que le concert des rappeurs El Grande Toto, Mobydick et Dollypran le 30 septembre dernier au festival L’Boulevard de Casablanca a été entaché d’un certain nombre d’actes violents qui, de l’avis des organisateurs, ont fait au moins une trentaine de blessés.