Jossour FFM: La campagne pour la parité démarre en force! Mobilisation de la jeunesse marocaine!

209

L’Association Jossour Forum des Femmes Marocaines (Jossourffm) et la Fondation Friedrich
Ebert (FES) ont initié, en 2017, le « Projet de promotion de la représentation politique des
femmes ». Ses trois premières phases ont été menées selon une approche graduelle et
inclusive reposant sur de nombreuses activités académiques et de lobbying assorties de
recommandations.

La phase I – 2017 s’est dédiée à une recherche-action intitulée « Evaluation des mécanismes de promotion de la représentation politique des femmes ». Cette étude, qui s’est appuyée sur plusieurs tables rondes nationales, régionales et un benchmark international, a montré que malgré des progrès indéniables aux niveaux juridique et politique, les mécanismes de discrimination positive (liste nationale, liste de jeunes, sièges annexes…) mis en oeuvre pour promouvoir une réelle participation des femmes en politique interpellent sur leur effectivité et parfois sur leur raison d’être. Avec un taux des femmes de 21,18% à la chambre des députés et de 11,66% à la Chambre des conseillers, la masse critique de 30% n’est toujours pas assurée. L’année 2017 a tracé la feuille de route du projet à travers trois recommandations phares : Préserver les acquis démocratiques ; créer un large mouvement national progressiste et oeuvrer pour l’effectivité du droit constitutionnel à la parité.

La phase II – 2018, associant à la réflexion, de manière plus élargie, des décideurs politiques et des expert(e)s juristes et constitutionnalistes, a réinterrogé les mécanismes juridiques et institutionnels à travers un Focus group (10 Septembre 2018) et une Journée d’étude « Ensemble pour l’effectivité du droit constitutionnel à la parité » (09 Novembre 2018). Un large lobbying a été mené auprès de hauts responsables institutionnels, des leaders politiques, des militant(e)s de la société civile, des expert(e)s juristes et constitutionnalistes, des chercheu(se)rs, des journalistes et des artistes. L’année 2018 marque le début de la création d’alliances et de réseaux pour l’effectivité du droit constitutionnel à la parité considéré comme l’une des avancées notoires de la Constitution en faveur de l’égalité de genre. Cette phase s’est conclue sur l’urgence d’un dispositif assurant la mise en oeuvre d’une parité globale effective et accompagné d’un mécanisme de démocratie participative pour solliciter l’attention des pouvoir publics : Une pétition nationale.

La présente Phase – 2019, dans la foulée des recommandations de ses devancières, se veut
une étape décisive et volontariste qui pousse plus loin les interrogations, la consultation et
déploie un très large plaidoyer pour hisser les femmes aux plus hautes sphères du pouvoir
politique, économique, social, environnemental et culturel et sauvegarder les acquis
démocratiques des deux dernières décennies.

Plusieurs strates normatifs et institutionnels ont été discutés par des expert(e)s, des acteur(ice) s politiques et syndicaux, des militant(e)s, des chercheur(e)s, dans le respect de la Constitution et des engagements internationaux du Maroc. L’objectif étant, dans un cadre académique interdisciplinaire, d’étudier de nouvelles voies pour lutter contre les inégalités de fait et garantir le principe constitutionnel de l’égalité de genre. Deux tables rondes ont été organisées autour du « Mode de scrutin et représentation politique des femmes » (12 Avril 2019) et d’une « Contribution à l’élaboration d’un mécanisme juridique pour la promotion de la parité » (19 Juin 2019). Ces deux activités ont attesté de l’inapplication des dispositions constitutionnelles en faveur de la mise en oeuvre effective de l’égalité de genre, particulièrement, celles de l’article 19 qui consacre l’égalité et énonce que l’Etat oeuvre à la réalisation de la parité.

Une question s’est imposée face à la discrimination structurelle des femmes dans tous les
domaines. Faut-il donc oeuvrer pour la parité sélective et se cantonner au domaine électoral ou faut-il oeuvrer pour une parité globale et une pleine participation des femmes à la vie publique, sociale et économique ? L’approche globale et graduelle est l’option retenue qui puise son argumentation dans, notamment, le principe constitutionnel de non-discrimination et l’article 19 qui consacre l’égalité dans tous les domaines et prévoit la parité en tant que mécanisme pour une représentation équilibrée des hommes et des femmes.

Dans ce sillage, Jossourffm a élaboré une charte nationale d’engagement en faveur de l’accès des femmes aux sphères de prise de décision et la nécessité d’oeuvrer pour une parité effective.
Un plaidoyer de grande envergure est mené auprès des leaders et personnes influentes,
politiques, professionnelles et civiles pour signer cette charte. D’ores et déjà, plus d’une
centaine de personnalités l’ont signé marquant ainsi le début d’une mobilisation nationale
des forces vives de la nation autour de l’accès des femmes aux sphères de prise de décision au même titre que l’homme. Une campagne nationale sous le slogan « Parité maintenant » a été lancée le 24 novembre 2019 dans le but de fédérer toutes les forces vives de la nation.

Jossourffm oeuvre également pour une pétition nationale en faveur de la parité globale.
L’objectif est d’inviter, dans une ultime étape, les pouvoirs publics à se pencher sur un dispositif législatif d’un rang supérieur assurant la mise en oeuvre d’une parité globale effective dans le respect des engagements internationaux du Maroc et de la mise en oeuvre des Objectifs de développement durable (ODD). Un guide de la pétition a été élaboré aux fins de contribuer à une meilleure connaissance de ce mécanisme constitutionnel de démocratie participative et à la mise en oeuvre d’une démarche méthodologique mobilisatrice autour de la parité.

Dans cette optique, Jossourffm a fait le choix stratégique de mobiliser la jeunesse marocaine à laquelle la Constitution a attribué un rôle crucial et dédié un conseil consultatif. Une trentaine de jeunes filles et garçons passionné(e)s, motivé(e)s et engagé(e)s en matière de droits humains et d’égalité de genre participeront à l’atelier « Parité maintenant : Formationaction des jeunes » qui se tiendra le Mercredi 6 Novembre 2019 à 16h00.

C’est un apprentissage constructif de participation citoyenne et d’empowerment des jeunes
en tant qu’acteurs de changement pour une société égalitaire et plus juste.