L’agroécologie: Un nouveau modèle d’agriculture au Maroc

131

Un nouveau modèle d’agriculture durable et respectueux de l’environnement. L’approche agro-écologique offre une telle alternative, c’est ce que le  Maroc doit trouver pour lutter contre le réchauffement climatique et participer à la durabilité des économies productives.

Depuis quelques années, les modèles agricoles visant le respect de la nature et de la santé se diversifient et s’institutionnalisent, à la faveur d’une adhésion croissante par la société marocaine à ce type de pratiques. Deux principaux sous-modèles ont émergé: le premier s’inscrit dans l’approche industrielle et ambitionne, à travers une certification étatique, de passer d’un marché de niche à un marché émergent à l’international : il s’agit de l’agriculture biologique. Le second est pratiqué par des paysans et des néo-ruraux à des fins principalement vivrières et de commercialisation à petite ou moyenne échelle : c’est de l’agroécologie.

Dans le cadre de son programme pluriannuel « TransfromAfrica – Vers une transformation écologique et sociale en Afrique », la fondation Heinrich Böll en collaboration avec le RIAM (Réseau d’initiatives agro-écologiques au Maroc) publie sa nouvelle publication en format reportage écrit réalisé par Mme. Yousra Abourabi, Professeure et chercheuse à l’UIR, qui traite l’agroécologie au Maroc et vise à susciter une réflexion élargie sur le sens normatif de l’agroécologie comme modèle agricole au Maroc.

Ce reportage se propose de bien définir et de faire un point sur l’état de l’agroécologie au Maroc.

Réalisé à partir d’une série d’entretiens menés auprès des agroécologistes, son objectif est de susciter une réflexion élargie sur le sens normatif de l’agroécologie comme modèle agricole, mais aussi comme mode de consommation responsable, modèle économique durable et instrument de revendication d’une identité solidaire et développementaliste.

Lien pour voir le reportage : cliquez ici