Le quatrième échappement a été découvert en mer Baltique au-dessus des gazoducs Nord

61

Une quatrième fuite a été découverte en mer Baltique au-dessus des gazoducs Nord Stream suspects d’explosion, selon les garde-côtes suédois le 29 septembre. Selon un représentant du gouvernement suédoise, « Il y a deux incendies du côté suédoise et deux incendies du côté danois.

«  Jusqu’à présent, les autorités des deux pays avaient déclaré trois grèves : deux sur Nord Stream 1 et une sur Nord Stream 2. Les garde-côtes n’ont pas été en mesure d’expliquer immédiatement pourquoi l’annonce de ce nouveau feu avait été faite si tardivement. Mais comme ils l’ont souligné, les deux failles suédophones sont situées dans la même zone.

Selon les autorités, ces éruptions massives provoquent d’importants bouillonnements marins de plusieurs centaines de mètres de large et rendent impossible l’inspection immédiate des ouvrages. Cela a de graves répercussions sur l’environnement car le gaz qui s’en échappe est principalement composé de méthane, un puissant gaz à effet de serre (GES) et le deuxième GES d’origine humaine responsable du réchauffement climatique. La police suédoise (Säpo) a déclaré mercredi soir avoir « répris à la police l’enquête préliminaire sur les événements à bord du Nord Stream ». Le service a déclaré que le « motif actuellement préféré » est l’aggravation du sabotage.

Tous les chuchotements sont dirigés vers la Russie. En réponse, la communauté diplomatique russe a lancé une accusation implicite contre les États-Unis, que la Maison Blanche a jugée « ridicule ». Le journal russe The Parquet General a également rapporté mercredi soir que le FSB avait ouvert une enquête sur un « acte de terrorisme international ». En réponse à une demande de Moscou, une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU aura lieu à ce sujet vendredi à New York.