Lydec: Assainissement du Grand Casablanca et les analystes financiers

216

A l’occasion de la publication des résultats semestriels du délégataire des services de distribution d’eau et d’électricité ainsi que de l’assainissement du Grand Casablanca, les analystes financiers soulignent une détérioration de 34% du résultat net de Lydec à 88 , pour une marge nette de 2,6% contre 4,1% en 2014. En revanche, le chiffre d’affaires de la société cotée à la Bourse de Casablanca en hausse de 2,5% a totalisé 3,34 milliards de dirhams (MMDH),  notant que la répartition des revenus laisse apparaître une prépondérance de l’activité « électricité » à hauteur de 74% tandis que les branches eau et assainissement en drainent respectivement 20% et 6%. Par activité, les écoulements de l’eau s’apprécient de 0,8% grâce principalement à la bonne tenue du segment des particuliers et à l’appréciation de 0,5 point du rendement du réseau à 76,2% à fin juin 2016, bénéficiant notamment des plans d’actions de réduction des pertes. Portés essentiellement par la consommation des clients Moyenne Tension ainsi que par la baisse des consommations hivernales des clients particuliers, les écoulements de l’électricité se bonifient, quant à eux, de 0,9%.Pour sa part, le rendement d’électricité s’améliore de 0,5 point à 93,4% à fin juin 2016. Les résultats semestriels de la Lyonnaise font également ressortir un excédent brut d’exploitation  en légère hausse de 1% à 452 MDH, intégrant une évolution maîtrisée des charges d’exploitation hors dotations aux amortissements et aux provisions. A contrario, le résultat d’exploitation se replie de 22% à 176 MDH suite à la non récurrence de la reprise de provision constatée au premier semestre 2015, ainsi qu’à l’amortissement du Système Anti­Pollution Est mis en service en mai 2015. La marge opérationnelle, en conséquence, perd 1,7 point à 5,3%. Le résultat financier affiche, de son côté, un retrait de 17 MDH consécutif à la baisse de la capitalisation des frais financiers liés aux projets d’investissements du premier semestre. Par ailleurs, la première moitié de 2016 a connu une baisse de la consommation d’électricité de la clientèle grand public sur les trois premiers mois de l’année en raison de la clémence de l’hiver, outre la mise en exploitation d’un nouveau système de gestion coordonnée des opérations, permettant la prise en compte et la planification des demandes des clients. Compte tenu des conditions climatiques de début d’année et des recettes de maîtrise d’œuvre liées à la réalisation des grands projets d’investissements sur le second semestre, la filiale marocaine du Groupe Suez table sur un résultat net annuel prévisionnel, hors éléments exceptionnels et non récurrents, stable ou en léger repli par rapport à l’année précédente.