Plateformes Debating Africa et Debating Europe : Le changement climatique est la plus grande menace mondiale, disent des jeunes d’Afrique et d’Europe à la BEI

85

Le rapport « Sécuriser notre avenir » publié ce jour à la COP 27 fait état de dialogues avec une centaine de jeunes d’Afrique et d’Europe et de ce qu’ils considèrent comme les plus grandes menaces pour la sécurité mondiale ; Les participants ont évoqué le changement climatique et ses conséquences, parmi lesquelles l’insécurité alimentaire et les phénomènes météorologiques violents qui sont leurs principales préoccupations ; Les jeunes d’Afrique et d’Europe estiment que l’on devrait mobiliser davantage de financement à l’appui des sources d’énergie de substitution, en particulier les énergies renouvelables.

La Banque européenne d’investissement s’associe aux plateformes d’engagement citoyen Debating Africa  et Debating Europe dans le cadre d’un groupe de réflexion visant à interroger 100 jeunes âgés de 18 à 35 ans sur leurs préoccupations concernant certains des principaux défis auxquels le monde est confronté aujourd’hui.

Comme le résume le rapport intitulé « Sécuriser notre avenir : 100 voix africaines et européennes s’expriment sur les changements climatiques, les conflits et la sécurité », les groupes de réflexion ont révélé que les jeunes, tant en Afrique qu’en Europe, sont très préoccupés par l’avenir dans un monde menacé par le changement climatique. Tous les participants européens et la plupart des participants africains l’ont cité comme une préoccupation majeure, tandis que ceux qui ne l’ont pas fait ont souvent évoqué d’autres menaces qu’ils considèrent comme liées au changement climatique, telles que l’insécurité alimentaire, les phénomènes météorologiques violents et les conditions économiques défavorables. Les participants des deux continents étaient très conscients des liens entre le changement climatique et d’autres menaces telles que les migrations, la raréfaction des ressources et les conflits violents.

Les groupes de réflexion ont également examiné le rôle des institutions internationales et la manière dont elles devraient réagir à l’urgence climatique. Ils ont émis les considérations suivantes :

les jeunes Africains et Européens estiment que les sources d’énergie de substitution, notamment les énergies renouvelables, devraient bénéficier d’un financement plus important ;

parallèlement à leur soutien aux énergies renouvelables, les Européens souhaitent que les pays mettent fin à l’utilisation du gaz, du pétrole et du charbon, ainsi qu’aux subventions dont bénéficient ces sources d’énergie ;

les Africains souhaitent que les interventions en matière de changement climatique se concentrent moins sur la menace mondiale et davantage sur les répercussions actuelles pour l’Afrique, notamment les effets sur la sécurité alimentaire et énergétique ;

les participants ont exhorté les gouvernements et les institutions à établir des partenariats à l’appui des projets d’atténuation et d’adaptation.

Le 16 novembre, lors de la conférence des Nations unies sur le climat (COP 27) en Égypte, à 13h30 (HEOr), nous organiserons une table ronde sur le thème « Sécuriser notre avenir » et nous présenterons les derniers résultats de la cinquième édition de l’enquête de la BEI sur le climat. Nous réunirons certains des participants aux groupes de réflexion aux côtés de représentants des trois organisations partenaires pour discuter des résultats et des solutions avec les délégués et les experts de notre réseau.