UNIVH2C: La première édition du festival culturel  à distance ConfivialArt

379

 

Alors que bon nombre d’activités universitaires prévues pour cette période ont subi les foudres du coronavirus, l’Université Hassan II de Casablanca, à travers son pôle vital «Inclusion et vie universitaire», a décidé de relever le défi faire les choses différemment tout en respectant les mêmes dates de certaines activités.

Dans ce contexte, l’Université Hassan II de Casablanca organise du 28 mai au 10 juin 2020 la première édition de son festival culturel sous un titre exceptionnel qui se reflète en réalisant ce que nous vivons tous: ConfivialArt.

Normalement, la première édition du festival « CulturArt » devait se dérouler au campus de l’université Hassan II de Casablanca. contexte national exceptionnel oblige, ce ne sera pas possible. Qu’à cela ne tienne, nous n’avons pas renoncé à l’organiser. Il aura simplement lieu sur les réseaux sociaux.

L’université a permis à ses étudiants artistes d’adapter leurs créations pour se prêter au contexte à distance.

Le festival est une initiative artistique pour accompagner les étudiants à travers l’art afin de soutenir leurs talents à distance.

Il comprend des compétitions dans divers domaines artistiques et culturels tels que le théâtre, la musque, le chant, le très court métrage, la narration, le dessin et la photographie.

En harmonie avec la nouvelle stratégie de développement universitaire, qui concerne la mise en place d’un espace universitaire inclusif, ce festival vient soutenir les énergies étudiantes dans divers domaines, et l’occasion de créer une atmosphère positive qui permet aux étudiants de contribuer au rayonnement  stratégique de l’université à plusieurs niveaux. Il est également considéré comme une opportunité de consolider la dimension citoyenne de l’université et de renforcer l’esprit d’appartenance des étudiants à leur université.

En marge de ces activités artistiques, le festival attribue également deux prix spéciaux: l’un pour la meilleure opération de bénévolat pendant la période de quarantaine quant à l’autre,  il concerne la meilleure lecture de « La Peste », roman d’Albert Camus, publié en 1947.